vendredi 31 octobre 2014

Ma visite du Festival Fanzines! à Paris

Lors de ma visite du Festival Fanzines! à Paris ce week-end, j’ai pu me rendre compte que cette frontière entre livre d’artiste et fanzine s’effritait aussi en Europe. Cousin d’Expozine, le festival Fanzines! est devenu un rendez-vous incontournable pour qui s’intéresse aux scènes graphiques émergentes. Pour sa troisième édition, il proposait une programmation présentant des artistes à mi-chemin entre la BD, le fanzine et le livre d’artiste. J’ai choisi de vous parler de quelques uns de mes coups de coeur.

Les récits Wafel de Loïc Gaume


COLLECTION WAFEL, sérigraphie 2 couleur, sept. 2012. Série limitée 50 exemplaires. 
Crédit photo: Loïc Gaume

Loïc Gaume est auteur, illustrateur et graphiste belge. Il est aussi le fondateur des éditions Les Détails, auteur à L’Association et aux éditions Hoochie Coochie. Sa manière de prendre ses distances avec la narration chronologique pour lui préférer une approche géographique m’a particulièrement séduite. Avec la Collection Wafel, une série de 11 livrets présentant différents lieux que l’auteur a habités ou traversés pendant plus de trois années, il présente une sorte de récit cartographié de son quotidien aussi fascinante à lire qu’agréable à regarder comme objet. D’ailleurs, les livres de cette série ont été publiés dans un premier temps sous la formule de fanzines photocopiés en noir et blanc que Loïc Gaume distribuait gratuitement avant de les réimprimer dans la version actuelle.

Pour lui, si le fanzine actuel consiste toujours à faire soi-même son livre, une chose fondamentale a pourtant changé : « La mentalité n’est plus la même d’une part, mais surtout cette forme est passée du politique à l’artistique, c’est ce qui me semble le plus évident aujourd’hui. Ça se vérifie notamment avec le nombre de salons consacrés à l’autoédition. On vend son fanzine aujourd’hui, on ne le distribue plus pour faire passer des idées. Le fanzine s’est démocratisé avec des moyens d’impression plus faciles, et est tombé entre les mains des dessinateurs, photographes etc. Aujourd’hui, le fanzine a plus à voir avec l’édition indépendante qu’avec le tract politique. » (Citazine)


37 PIERS, leporello 40 volets, imprimé en offset à 150 ex., 30cm x 400 cm déplié. Jaquette indépendante imprimée en quadri, mai 2012. Crédit photo : Loïc Gaume

Ses autres projets sont tout aussi magnifiques, comme 37 piers, un livre à déplier qui propose l’inventaire dessiné de trente-sept jetées de la côte anglaise. Ou encore son dernier livre, Ribambelles, qui présente une série de façades dessinées.


Les histoires d’Albert Gabin de l’artiste Katjastroph


LES HISTOIRES D’ALBERT GABIN, livre accordéon sérigraphié . 135X62 cm déplié, 50 exemplaires. Crédit photo : Andréa C. Henter

Autour de l’artiste nantaise Katjastroph se construit un univers en noir et blanc, qui mélange dessins, peintures et gravures. J’ai eu un véritable coup de coeur pour son livre Les histoires d’Albert Gabin : un livre-accordéon très grand format racontant l’histoire d’Albert Gabin, personnage amoureux de deux femmes. Les dessins sont inspirés de scènes de films des années 1950 dans lesquels Jean Gabin tient le rôle principal. Les contrastes très prononcés et l’épaisseur du trait rappellent l’esthétique de la gravure, même si le livre est sérigraphié. Les dessins sont statiques, comme si les personnages s’arrêtaient le temps d’une photographie, et chargés de détails issus de l’imagerie populaire.

Les raisons de se cacher de Yannis La Macchia

LES RAISONS DE SE CACHER, Yannis La Macchia, 2014. 60 exemplaires sérigraphies. Crédit photo : Andréa C. Henter

Yannis La Macchia est un auteur et éditeur suisse. Il est l’un des fondateurs des éditions Hécatombe. Son travail d’auteur s’axe autour de la bande dessinée et de la narration par l’image, deux préoccupations qu’il tente de matérialiser à travers une approche du livre qui intègre la forme comme médium. Le livre Les raisons de se cacherillustre parfaitement ce désir de mettre la forme au service du sens. Dans ce petit livre, le texte a été imprimé en sérigraphie au verso d’un papier assez fin pour que l’on puisse lire le texte en transparence. On y lit les raisons – bonnes ou mauvaises – de se cacher comme le fait le texte lui-même.

UN FANZINE CARRÉ C, 9X9X9 cm, 900 PAGES. 999 exemplaires.
Couverture sérigraphie 2 passages / Tranches au pochoir / Intérieur offset / Relieur cousue / Crédit photo : Un Fanzine Carré

Yannis La Machia publie aussi depuis 2010 la revue Un Fanzine Carré, un espace d’expérimentation éditoriale qui a pour objectif de présenter à chaque numéro un livre totalement différent, en repensant à chaque fois les techniques de production, l’aspect du livre et sa façon de faire écho au travail qu’il présente. Il s’agit de créer un dialogue fort entre l’objet et le travail publié. Le fanzine carré numéro C se présente par exemple comme un livre cubique réunissant les créations de 90 auteurs européens. Chacun de ces auteurs a réalisé une histoire originale de 9 pages sur un format post-it. Sur les 3 tranches du livre de 900 pages et sur la couverture ont été sérigraphiées six motifs différents qui s’associent et se dissocient selon un algorithme précis pour composer un ensemble de 999 livres uniques.

Les livres uniques de Thomas Perrodin

Crédit: Thomas Perrodin
Publié aussi chez Hécatombe, l’artiste Thomas Perrodin présente dans le cadre du Festival l’installation Livres Uniques II: 25 livres uniques sérigraphiés sont exposés sur une table et une série composée de l’intérieur d’un livre disséqué est accrochée au mur. Comme dans ses autres projets, l’artiste poursuit ici un travail personnel très conceptuel autour des limites du livre. Au sein d’Hécatombe, ses quatre ouvrages Un essai sur le vide, Boredom, Abysses et Nuages Kärcher (tous de 2013) exploitent aussi le potentiel pictural brut de la sérigraphie.

Les livres de Fredster et Billy

Fred Fredster, 777, livre d’artiste, sérigraphie, 2014, 21 exemplaires. Crédit : Fredster



Fred Frester et Billy Cécile, LIAISONS, livre sérigraphie, 2014, 50 exemplaires. Crédit : Billy.
Le livre 777 est composé de 3 séries de 7 dessins d’ou le titre « 777 ». La forme heptagonale découle également de cette ligne directrice. La page centrale est pliée 7 fois sur elle même et représente un « panthéon » de 7 divinités. « L’idée principale du livre, m’explique l’artiste, est la représentation d’une « magie » autobiographique composée d’un mélange de références personnelles et d’éléments plus ou moins ésotériques. L’encre pailletée est un clin d’oeil au stéréotypes de la magie.» Dans la plupart de ses projets, Fredster dessine ce qu’il appelle une «auto-mythologie sexuée faite de divinités inverties» pleine de références fantasmatiques et autobiographiques. Quand je lui demande s’il se considère comme un artiste queer, et si ce genre de catégories lui pose problème, il me répond simplement : «Je me considère comme un artiste queer, homo, pédé, en tous cas non straight, je n’ai aucun problème a être catégorisé comme cela, ça fait entièrement partie de mon travail.» Son livre est imprimé en sérigraphie par Billy Cécile avec qui il a réalisé le livre Liaisons.

Article publié sur le webzine Ma mère était Hipster le 21 octobre 2014

mercredi 29 octobre 2014

Préparatifs de ma prochaine exposition «Hop, la vie dans le sac»

Ça travaille fort à la Maison de la culture Côte-des-Neiges pour préparer ma prochaine exposition Hop, la vie dans le sac.





Dans cette série, je cherche – non sans humour – un équilibre entre le poids de l'accumulation et le vertige du vide. D'un dessin à l'autre, une femme sans visage se débat avec son désir de conservation dans de grands gestes de nettoyage dont elle ne sort pas forcément vainqueure.

Le vernissage aura lieu le samedi 1er novembre à 14h00. L’exposition se poursuivra jusqu’au 14 décembre 2014 à la Maison de la culture Côte-des-Neiges (5290, chemin de la Côte-des-Neiges).

mercredi 22 octobre 2014

Le Fanzines! Festival à Paris

Ce week-end, j'ai profité de mon passage à Paris pour aller voir les livres du Fanzines! Festival à Paris. Je n'y avais encore jamais mis les pieds alors que ça faisait deux ans que plusieurs de mes fanzines y étaient exposés. 





Pour découvrir en détail mes coups de coeur, vous pouvez visiter le site de Ma Mère Était Hipster. Sinon, quelques photos pêle-mêle:


Katjastroph, LES HISTOIRES D’ALBERT GABIN, livre accordéon sérigraphié . 135X62 cm déplié, 50 exemplaires.






Loïc Gaume, COLLECTION WAFEL, sérigraphie 2 couleur, sept. 2012. Série limitée 50 exemplaires. Crédit photo: Loïc Gaume



Loïc Gaume, 37 PIERS, leporello 40 volets, imprimé en offset à 150 ex., 30cm x 400 cm déplié. Jaquette indépendante imprimée en quadri, mai 2012. Crédit photo : Loïc Gaume





Jose Ja Ja JaMAGIC BOX zine transform in a box with funny paper sculptures.
(24 pages, B/W)






UN FANZINE CARRÉ C, 9X9X9 cm, 900 PAGES. 999 exemplaires.
Couverture sérigraphie 2 passages / Tranches au pochoir / Intérieur offset / Relieur cousue 




Yannis la Macchia, LES RAISONS DE SE CACHER, Yannis La Macchia, 2014. 60 exemplaires sérigraphies. 





Fred Frester et Billy Cécile, LIAISONS, livre sérigraphie, 2014, 50 exemplaires. Crédit : Billy.




Fred Fredster, 777, livre d’artiste, sérigraphie, 2014, 21 exemplaires. Crédit : Fredster