lundi 30 mai 2011

Stephanie Dawson

MAPS
Fall 2009
Copper Etching and Aquatint
7" x 8"


THREAD STORY
Fall 2008
Thread, Paper, Fabric
2.5" x 2.5"

BUTTON BOOK
Fall 2008
Button, Paper, Color Pencil
1" x 1"




Dan Collier - hyperliens de laine




Source: Dan Collier

Patrick Altman - Souvenirs lézardés

Patrick Altman, Les faux fuyants (détail), 1999, épreuves à la gélatine argentique, colle, ciment , dimensions variées . Vue d'installation, Maison Gomin (ancienne prison pour femmes), Sainte-Foy, 1999.

Patrick Altman, Les faux fuyants (détail), 1999, épreuves à la gélatine argentique, colle, ciment , dimensions variées . Vue d'installation, Maison Gomin (ancienne prison pour femmes), Sainte-Foy, 1999.

Patrick Altman, Les jardins gris (détail), 2002, épreuves à la gélatine argentique, colle, ciment , dimensions variées . Vue d'installation, Institut des arts contemporains de Zagreb, Croatie, 2002.

Patrick Altman, Les tableaux (détail), 2001, 1600 épreuves à la gélatine argentique, tiges de bois , dimensions variées .
Accumulation et détournement d'images anciennes harponnées, mutilées ou déchirées pour être intégrées dans les lézardes d'un bâtiment décrépi.
Source: Vox

dimanche 22 mai 2011

Marina Roy - Couvertures et tranches




Angela Grossman, Smaller than life





Basée à Vancouver, l'artiste londonienne Angela Grossman expose pour la première fois "Smaller than life" au Vancouver art Gallery. Il s'agit de vieux portrait photographiques trouvés sur lesquels elle superpose des silhouettes paintes. Un petite refuge qu'elle entretient en secret depuis 20 ans. Les photographies sont chargées d'une histoire à repecher ou d'une mémoire à réinventer. Parfois, on a l'impression que le corps peint matérialise la pensée du personnage en arrière-plan Ou l'inverse. Célébration du petit, du silencieux. De la transmission.
« I like there to be a bit of history, and the work to be in communication with something that had happened before, so it’s not just a conversation I start on my own. Even when I work on canvas, it’s not just canvas, it’s tent canvas or an old surveiller’s canvas.»

Source: http://woman.ca/dream-jobs/3602-angela-grossman-artisthttp://www.angelagrossmann.com/hobo.html

jeudi 5 mai 2011

Maisons, Seth Clark

F L O O D _ D A M A G E
7.5'' X 32''
graphite, charcoal, pastel, enamel on paper

F L O O D _ D A M A G E
7.5'' X 32''
graphite, charcoal, pastel, enamel on paper









96 _ H O U S E S
3.375" x 4.5"
100 page booklet, hand bound
edition of 96






S K E T C H B O O K _ I - II - III


P I T T S B U R G H , P A
a patterned map of the city, including individual neighborhoods

1 9 5 8
15'' x 22''
collage, oil, colored pencil, pastel, charcoal, graphite on paper


Source: Seth Clark

Bricolages (Boltanski)

"Cet aspect délibérément maladroit, voire empoté, laissait sourdre une douloureuse vulnérabilité. C'était aussi du pur Boltanski. Aujourd'hui comme alors, il semble se délecter du bricolé, ce qui l'éloigne toujours des techniques qui lui assureraient régularité et belle finition."

Source: Lynn Gumpert, Christian Boltanski, Paris, Flammarion, 1992, p. 30.

Album de photo de la famille D.




Extraits de Album de photos de la famille D., 1939-1964
« La photographie devient pour moi un médium bizarre, une nouvelle forme d’hallucination : fausse au niveau de la perception, vraie au niveau du temps ; une hallucination tempérée en quelque sorte, modeste, partagée […] image folle, frottée de réel. »
Roland Barthes, La chambre claire. Seuil, Paris, 1980, p.177.

Après avoir travaillé sur la reconstruction (fictive) de sa propre enfance, Boltanski se lance dans la mémoire truquée des autres. Il emprunte des photos de famille à un ami, Michel Durand, Galériste parisien. Il fait retirer 150 images par un photographe et reconstitue une histoire de cette famille. Il attribue une identité à chacun des individus. "J'ai voulu, dit-il, moi qui ne savais rien de tous ces gens, tenter de reconstituer leur vie à partir de ces photos qui ont été prises à tous les moments importants deleur existence, et qui resteraient aprs leur mort comme témoignage de leur vie."

Mais ces images sont moins la reconstitution de l'histoire de la famille D., que les témoins de rituels collectifs qui nous renvoient à des souvenirs communs,comme ceux de la fête de famille ou des vacances en bord de mer.

Ce que l'album révèle, c'est aussi la fragilité de nos vies, cristalisées dans quelques événements tellement stéréotypés qu'ils évacuent ce qu'il y a de singulier, ce que désespérément, pourtant, nous essayons de fixer dans chaque photographie, et qui toujours se confond dans une expérience collective, anonyme, dès que la photographie sort du contexte privé.

Source: http://bulbe.com/fr/themes/famille/boltanski.php?tfi=4, Centre Pompidou, Lynn Gumpert, Christian Boltanski, Paris, Flammarion, 1992.